Le président de l’Institut Curie et le préfet de l’Essonne ont inauguré le Nouveau Centre de Protonthérapie

Le Nouveau Centre de Protonthérapie de l’Institut Curie situé à Orsay a été inauguré le 9 décembre dernier par le Pr Claude HURIET, président de l’Institut Curie, et Monsieur Jacques REILLER, préfet de l’Essonne, lors d’une cérémonie qui a réuni 200 personnes.
© Pedro Lombardi / Institut Curie
De gauche à droite : Dr Alain Fourquet, chef du Département de Radiologie oncologique, Jacques Reiller, Préfet de l'Essonne, Daniel Thierry, Trésorier de l'Institut Curie, Pr Daniel Louvard, Directeur du Centre de Recherche de l'Institut Curie, Pr Claude Huriet, Président de l'Institut Curie, derrière le Président Huriet, Jean-François Vigier, Maire de Bures-sur-Yvette, Guy Couarraze, Président de l'Université Paris-Sud 11 , Pr Pierre Bey, ancien Directeur de l'Hôpital de l'Institut Curie, Hélène Langevin-Joliot, Gérard Wormser, Administrateur de l'Institut Curie

Après une rénovation complète de près de 4 ans, 50 millions d’euros d’investissement et un engagement humain important, le Nouveau Centre de Protonthérapie de l’Institut, désormais parfaitement adapté à la prise en charge des cancers pédiatriques, accueillera 120 enfants chaque année.

Grâce aux nouveaux équipements, parfaitement adaptés à la prise en charge des cancers pédiatriques, le centre accueillera désormais 120 enfants chaque année."Ce premier traitement est l’aboutissement d’un grand projet médical et technologique lancé en 2006" se félicite le Pr Claude Huriet, président de l’Institut Curie. « C’est avant tout une avancée majeure pour la prise en charge des cancers pédiatriques1 » précise-t-il.

 


Le nouveau centre de protonthérapie
envoyé par webcurie.

Visitez le centre de protonthérapie en vidéo

Les enfants vont être les plus grands bénéficiaires de la protonthérapie. Car, jusqu’à présent, faute d’équipements adaptés, la plupart d’entre eux devait se rendre à l’étranger, aux Etats-Unis ou en Suisse, le plus souvent aux frais des familles.
Unique en France, le CENTRE DE PROTONTHÉRAPIE dispose désormais d’un accélérateur de protons de dernière génération et d’une nouvelle salle de traitement avec un bras isocentrique, en plus des deux salles existantes recevant un faisceau fixe.
Le bras isocentrique est une structure métallique impressionnante de quelque 10 mètres de diamètre et d’un poids de plus de 100 tonnes. Il permet d’orienter le faisceau autour du patient selon toutes les incidences, pour traiter de nouvelles indications jusqu’à présent inaccessibles.
« Cette radiothérapie ultra-précise permet d’irradier avec une grande précision des tumeurs pédiatriques situées en profondeur à proximité d’organes sensibles, comme le nerf optique ou certaines parties du cerveau » précise le Dr Sylvie Helfre, radiothérapeute à l’Institut Curie. « La protonthérapie protége mieux les organes sains situés à proximité de la tumeur, permet de diminuer les séquelles et réduit le risque de deuxième cancer » conclut-elle.

1. Quoique peu fréquents (0,5 % des cancers), les cancers pédiatriques restent dans les pays développés la deuxième cause de mortalité chez les enfants de 1 à 15 ans. 1 500 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France dont 30 % de leucémies et 70 % de tumeurs solides de grande hétérogénéité (plus de 40 sous-types de cancers).

Pour réaliser ce centre d’intérêt national et européen, un investissement de 50 millions d’euros a donc été nécessaire et rendu possible grâce à un emprunt (30 millions d’euros), un soutien exceptionnel du ministère de la Santé (subvention de l’Etat de 15 millions d’euros et soutien en MIGAC1 pour aider au remboursement de l’emprunt contracté par l’Institut Curie).
1. Missions d’intérêt général et aide à la contractualisation, dotations faites par les ARH aux établissements de santé.

Pour en savoir plus :


Entretien avec le Dr Sylvie Helfre,
radiothérapeute à l’Institut Curie

 

 

 

 


Author / Source : Service de presse